Panier

  Voir mon panier

Compte

Générique Gauche

Des outils de taille de vignes dans des mains expertes

Générique Droite

Vignes en hiver

Les vendanges 2018 en Beaujolais (6 et 7 Septembre)


 

Afin de prendre le pouls des vendanges 2018 en beaujolais et de pouvoir le partager avec vous, j’ai sillonné le vignoble, rencontré quelques vignerons et immortalisé ces beaux moments par quelques photos.

 

Je commence par aller à la rencontre de Daniel Bouland que je trouve rapidement dans une vieille vigne au-dessus du hameau de Corcelette, au lieu-dit Les Delys, produisant la cuvée du même nom.

 

Cep Bouland Les Delys

Les Delys : c'est dans les vieux gobelets qu'on fait les meilleurs vins

 

Si les ceps de 92 ans paraissent meurtris par les années, avec des bois difformes qui courent parfois au sol et chancellent, on voit tout de suite que les raisins sont eux magnifiques, et en belle quantité pour une vigne de cet âge.

 

Vendanges Daniel Bouland Les Delys

Quelques gouttes tombent en ce jeudi 6 Septembre mais pas de quoi s'arrêter

 

Daniel, toujours aussi anxieux, est concentré sur le déroulement des opérations et s’active au sein de la troupe pour que tout avance bien. Il me dit qu’il a commencé les vendanges le 04/09 en Côte-de-Brouilly, et qu’il a fait une vigne de Bellevue le 05/09. Il est très satisfait des raisins qu’il cueille même s’il trouve les acidités un peu faibles et qu’il faudra sans doute les corriger légèrement pour les vinifications.

 

Daniel Bouland aide ses vendangeurs

Il y a une chose que Daniel Bouland ne sait pas faire : s'arrêter

 

Il s’attend à atteindre les rendements autorisés un peu partout, sauf sur les très vieilles vignes comme ici où on sera tout de même bien au-dessus de 40 hl/ha, ce qui est parfait après 3 années difficiles (plutôt 25 hl/ha de moyenne).

 

 

Je file ensuite chez Louis-Benoît et Claude-Emmanuelle Desvignes qui en sont eux à leur second jour de vendange. Après avoir cueilli la veille les raisins autour du domaine à Villié-Morgon (climat Douby), ils sont à Château Gaillard (toujours sur le climat Douby donc pour la cuvée La Voûte Saint-Vincent), sur une parcelle d’une soixantaine d’année qui a grêlé 2 fois de suite (rien produit en 2016 et 10 hl/ha en 2017). La vigne s’est très bien remise et produit cette année une belle récolte, proche de 60 hl/ha.

 

Ceps Desvignes Château Gaillard

La vigne s'est bien rétablie de ses blessures de 2016 et 2017

 

Louis-Benoît est très confiant et affiche un grand sourire, car le domaine a lui aussi peu produit depuis 2012 et cela va faire du bien. Même s’il s’attend à récolter plutôt 30hl/ha sur la Côte du Py et Les Impénitents, l’ensemble sera très satisfaisant. Une belle récompense pour eux qui, malgré l’accumulation de petites récoltes, ont engagé la conversion en bio cette année.

 

Benne Desvignes & Jean-Yves

Le fidèle Jean-Yves fait le tri à la réception de vendange

 

 

Jean-Marc Burgaud est lui aussi facile à trouver, sa troupe de vendangeurs étant dans La Pente, sur la face Sud de la Côte du Py, juste au-dessus du hameau de Morgon. Jean-Marc affiche un grand sourire… Il a commencé le 1er Septembre et tout ce qu’il a rentré est superbe, avec des degrés entre 12°5 et 13°5 (il y aura des degrés un peu plus hauts sur la fin), des acidités correctes (une seule cuve tartriquée) et des rendements dépassant les 50 hl/ha.

 

Vendanges Burgaud Côte du Py

Les vendangeurs dans La Pente au-dessus du hameau de Morgon

 

Je passe et repasse dans la vigne pour constater effectivement une qualité de raisins quasiment parfaite, avec juste quelques grains grillés par le soleil. Ils sont délicieux à croquer.

 

Raisins Burgaud Côte du Py

Jean-Marc Burgaud Morgon Côte du Py 2018

Le domaine étant assez grand, les vendanges sont prévues jusqu’au 15 Septembre au moins.

 

 

Le lendemain matin (le 07/09 donc), je vais sur Fleurie en commençant par le Clos de la Roilette. Dès mon arrivée au domaine, ça sent terriblement bon, Alain est en train de faire sa seconde pressurée de Brouilly. Récolté le 1er jour (30/08), cette cuvée a dû être saignée car le rendement dépassait 70 hl/ha (cela consiste à enlever le premier jus qui se forme après encuvage, jus destiné ensuite à la distillation).

Coudert dégustation du paradis

Un petit tour par le Paradis...

 

L’occasion de goûter le Paradis, ce premier jus de presse sucré qui me rappelle de beaux souvenirs d’enfance quand je vendangeais chez mon grand-père.

Les vendangeurs sont au Point du Jour, environ 400 mètres au-dessus du domaine. La Roilette est déjà entièrement récolté et Alain prévoit de finir le samedi 08/09. On voit déjà la différence de précocité d’une semaine environ entre le Nord-Ouest de Morgon et l’Est  de Fleurie.

 

Alain Coudert vigneron heureux

Alain Coudert encuve les raisins du Point du Jour. Les cuves sont pleines et le vigneron heureux

 

La récolte sur La Roilette avoisine les 55 hl/ha, Alain n’avait pas vu cela depuis quelques années (peut-être 2011 me dit-il).

 

 

De l’autre côté de Fleurie, Jean-louis Dutraive est à la Grand’Cour et encuve les raisins des vieilles vignes du Clos ramassés la veille et qui ont été refroidis 24 heures (Jean-Louis est un adepte du refroidissement de la vendange pour démarrer les vinifications à froid et développer le fruit caractéristique de ses vins).

 

20180907_094131

Les raisins en caissettes ressortent du frigo pour être encuver à 5° environ

 

Il me montre justement les vieilles vignes du Clos sur lesquels il a pu laisser cette année quelques raisins (3 grappes par pied en moyenne) qu’il récoltera plus tard pour faire sa cuvée La Part des Grives.

 

Dutraive La part des Grives

Au domaine de la Grand'Cour, il y aura La Part des Grives 2018

 

Lui aussi est soulagé de faire enfin une vraie récolte après des années de calvaire.

 

 

Je passe chez Richard Rottiers qui a quant à lui terminé les vendanges depuis quelques jours (il a vendangé en 6 jours du 27/08 au 01/09). Ici sur Romanèche-Thorins, c’est encore plus précoce et Richard ne voulait pas récolter des vins trop riches avec des acidités faibles. Il m’indique une moyenne de 12°5 pour un pH compris entre 3,15 et 4 selon les cuvées. Les rendements sont d’environ 40 hl/ha sur les Moulin-à-Vent et 65 hl/ha sur les Beaujolais-Villages.

Richard m’indique qu’il a démarré également les vendanges sur les vignes du domaine chablisien maternel (domaine des Malandes). A Chablis, les rendements sont pléthoriques cette année, il n’a jamais vu cela. Selon lui, certaine vignes de Chablis Village (pas chez lui), dépassent 150 hl/ha de rendement.

 

 

Je continue chez Eric Janin, qui lui n’a pas terminé (la fin des rouges est prévu le lendemain, samedi 08/09 donc). Les vignes étant dans le même secteur que celles de Richard, il est intéressant de noter la différence d’une semaine dans le choix des dates de vendanges. Différence qui se traduit immédiatement dans le degré alcoolique puisque Eric m’indique une récolte entre 13°5 et 14° sur la plupart des parcelles (14° pour Les Greneriers qui sera probablement isolé cette année). Le rendement moyen est de 45 hl/ha et la qualité des raisins est celle des grandes années.

 

 

Je termine ma tournée par Chénas où je rends visite à la fratrie des Thillardon. Ici, c’est l’effervescence car on vendange les vignes de Chassignol juste au-dessus du domaine. Il est midi et on prépare le déjeuner des vendangeurs. Charles charge les caissettes de raisins dans un camion frigorifique pour qu’ils refroidissent (même technique que chez J-L. Dutraive).

 

Thillardon Mise au froid raisins Chassignol

Un camion frigorifique est installé au domaine pour pouvoir refroidir la vendange

 

Quant à Paul-Henri, il fait des prélèvements sur chaque cuve pour vérifier au microscope que les fermentations se déroulent bien.

 

Thillardon Paulo au microscope

Les macérations carboniques, ça se surveille !

 

Il « m’envoie » à l’arrière du domaine pour jeter un œil à la nouveauté 2018, un pressoir à vis en bois qu’ils ont installé cet été. C’est le pressoir historique du Beaujolais, qui a été remplacé petit à petit par des pressoirs modernes (hydrauliques ou pneumatiques). D’après Paulo, il n’y avait plus qu’Yvon Métras pour l’utiliser. Les presses sont longues mais d’après lui on obtient un jus plus clair et l’extraction est plus douce.

 

Nouveau pressoir Thillardon

On peut être jeune et revenir au matériel d'antan (moteur électrique tout de même...)

 

Côté rendements, Les Carrières et Les Blémonts seraient à 55 hl/ha environ et Chassignol serait peut-être au-dessus de 30 hl/ha, ce qui est un record depuis qu’ils ont repris cette vigne de 90 ans en 2012, le passage au bio (en particulier les labours) l’ayant affecté fortement après des années de chimie.

 

Thillardon vendanges Chassignol

Vendanges difficiles dans les vieilles vignes pentues de Chassignol

 

Voilà pour ce petit tour d’horizon des vendanges 2018 en Beaujolais, qui ne sont pas finies au moment de cette publication mais qui devraient se terminer comme elles ont commencé, c’est-à-dire par de beaux raisins en quantité et de grands sourires sur le visage des vignerons !